Assurance vie, Nouvelle fiscalité et Flat Tax – Que retenir ? – Avis Lonlay et Associés

Assurance vie : Y voir plus clair avec la nouvelle fiscalité et la flat tax.

Si l’assurance vie est aujourd’hui un des placements préférés des Français, elle n’en a pas moins connu de nombreux changements. Nouvelle fiscalité et surtout flat tax ont récemment marqué le renouveau de ce capital.

Des modifications pour un capital plus important

Si en 2012, le principe de l’imposition forfaitaire a été aboli, il fait son grand retour en 2018 avec la flat tax – ou taxe forfaitaire.
Selon le gouvernement, cette modification majeure vise à mettre en lumière les fonds « eurocroissance », offrant aux assurés des possibilités plus vastes dans le choix de leur investissement.
Pour cela, une meilleure visibilité, tant sur le plan du rendement que de la performance, est présentée aux investisseurs.
Et pour profiter au mieux de ces investissements plus rentables mais aussi parfois plus risqués, la durée minimale de l’épargne serait augmentée.

Toutefois, le gouvernement prévoit des primes en argent versées après un certain nombre d’années – à déterminer – qui viendront s’ajouter au capital final.

La nouvelle formule veut simplifier la fiscalité mais reste toutefois nébuleuse avec ses nombreuses exceptions.

Une imposition forfaitaire

C’est ici qu’apparaît la taxe forfaitaire (flat tax). Cette imposition forfaitaire est de 30%, quel que soit le revenu de votre capital. Cette taxe compte en fait deux ponctions distinctes :

  1. Le PFU ( Prélèvement forfaitaire unique )
  2. Les charges sociales

La première s’applique sur les revenus financiers – produits de l’assurance, dividendes, intérêts… Elle s’élève à 12,8%. Ce prélèvement est précédé d’une ponction non libératoire.

 

Les prélèvements sociaux, augmentés de 15,5% à 17,2% financent quant à eux la Sécurité Sociale. La progressivité de l’impôt disparaît et permet ainsi aux capitaux les plus élevés de payer moins.

Avec cette taxe, l’imposition ne dépend plus uniquement de la durée de votre contrat :

 

  • La taxe de 30% est mise en place dès que le placement atteint 150 000 € pour une personne – le double pour un couple.

En dessous, le nombre d’années reste la base de taxation. Moins de 4 ans et de 4 à 8 ans, le taux est de 30 %. Au-delà, il passe à 24,7%.

Les contrats concernés par la nouvelle fiscalité

Celle-ci vise principalement les contrats d’assurance vie dont le pécule est supérieur à 150 000 €.

 

  • Si vous avez signé un contrat il y a plus de 8 ans, rien ne change pour vous.

    De même,
  • si vous avez contracté une assurance avant le 27 septembre 2017, vous ne bénéficierez pas de la taxe forfaitaire.

Inutile de vouloir échapper à cette nouvelle règle. Celle-ci s’applique même si vous détenez plusieurs contrats de moins de 150 000 €.

Jusqu’à maintenant, un contrat de 8 ans pouvait être racheté avec un abattement intéressant. A ce jour, on ne sait pas si cela sera reconduit. Le texte définitif sera en effet proposé fin septembre 2018.

On peut souligner qu’en fait, assez peu de contrats seront impacté par la taxe forfaitaire, les contrats déjà signés étant en effet protégés.
Mais si vous craignez de dépenser trop voici 3 conseils :

 

  • Privilégiez les contrats sans frais d’entrée.
  • Optez pour des fonds performants et surtout en euros.

    Et n’oubliez pas de,
  • Diversifiez vos supports d’investissement.

 

Vous pourrez trouver de nombreuses informations très utiles en contactant un cabinet expert en gestion de patrimoine et placement financier. L’avis Lonlay et associés apporte beaucoup d’éléments de réponse et offre de plus une vision clair et limpide de ce qu’engendre cette nouvelle fiscalité ainsi que la flat tax.

Cette nouvelle fiscalité peut paraître floue mais reste, toutefois, intéressante durant les huit premières années.
Après cette période, les contrats supérieurs à 150 000 euros seront pénalisés. Ceux dont la somme est inférieure seront imposés à 7,5% auxquels il faudra ajouter les prélèvements sociaux – soit 17,2%.
Toutefois si votre capital est très important, vous pourrez y gagner – l’imposition passant en effet de 60 % à 30%.

Pour conclure, la nouvelle fiscalité correspond à une hausse du prélèvement de moins de 5 points après 8 ans et reste donc toujours très rentable.

 

Pour plus d’information et de conseils sur la gestion de patrimoine, n’hésitez pas à consulter nos pages Conseils d’experts et Cas pratiques ou encore les avis Lonlay et associés sur l’actualité liée à la gestion de patrimoine.

Laisser un commentaire